WABI SABI, l’asymétrie, l’aspérité, la simplicité…


Wabi-sabi (侘 寂?) représente une vue d’ensemble du monde japonais sur l’esthétisme, centrée sur l’acceptation de l’éphémère. L’esthétique est parfois décrite comme celle de la beauté qui est «imparfait, impermanent, et incomplète”. Il s’agit d’un concept dérivé de l’enseignement bouddhiste des trois marques de l’existence (三法 印 sanbōin):
L’impermanence (無常 mujō) : tout est constamment changeant, tout est flux, rien n’est figé une fois pour toutes.
L’insatisfaction (dukkha), ou souffrance : ce n’est pas que la souffrance physique ; du fait de l’impermanence des choses, rien ne peut nous satisfaire de manière ultime et définitive.
La vacuité des êtres et des choses (Śūnyatā), désigne leur absence d’être en soi (anātman), autrement dit l’inexistence de toute essence, de tout caractère fixe et inchangeant. Elle s’applique aux choses aussi bien qu’aux pensées et aux états d’esprits. Elle est beaucoup liée à l’ainsité (tathātā).

Les caractéristiques esthétiques du Wabi-Sabi sont l’économie, l’austérité, la modestie, l’intimité et l’appréciation de l’intégrité naïve des objets et des processus naturels.

Wabi : solitude, simplicité, mélancolie, nature, tristesse, dissymétrie…
Sabi : l’altération par le temps, la décrépitude des choses vieillissantes, la patine des objets. Le goût pour les choses vieillies, pour la salissure…etc.

Wakagi Écrit par :